La lumière en acupuncture...

Des années à travailler sur le Tchi, sur les pouls, observer le ciel, la terre et l'homme. Des années à obéir à des principes taoïstes basés sur le Tao, la voie. Mais de quelle voie s'agit-il? Quelle est complexe cette voie car même les textes sont abscons au point de nous laisser errer tantôt vers le rationnel et tantôt vers l'irrationnel. Une sorte de bateau perdu sur l'océan de la connaissance et ballotté par chaque vague, dérivant de gauche et de droite, à chaque fois, croyant avoir vu l'île du savoir mais la perdant aussitôt la vaguelette suivante. Il faut de la ténacité, de l'opiniâtreté afin de continuer ce chemin. Mais qu'il est complexe et en même temps si beau. Et puis, petit-à-petit, les choses s'éclaircissent au point qu'elles deviennent des réalités, des certitudes qui apportent un éclairage tellement puissant sur la pratique qu'on ne peut douter alors de sa véracité. Le Tchi c'est l'air, étant fabriqué par le monde végétal qui transforme la lumière et ses mouvements se nomment Bois, Feu, Terre, Métal et Eau. Voilà déjà une sacrée base pour ceux qui souhaitent ouvrir leur esprit à l'indicible chinois.

Ainsi le soleil transmet de l'énergie thermique et de l'énergie lumineuse.

Le thermique c'est le feu intérieur, source de vitalité que l'on nomme Yuann Tchi. C'est le feu caché en chaque vie, ce que les alchimistes nomment le feu secret (se crée).

Quant à la lumière c'est l'énergie Yeung Tchi, énergie de l'air. L'homme est ainsi constitué par ces deux forces issues d'une unique car la lumière est corpusculaire et ondulatoire dans le ciel postérieur alors qu'elle prend le nom de UN dans le ciel antérieur.

L'homme est donc né de ces deux forces thermique (Feu) et lumineuse (Air). Il lui appartient maintenant de remplir son devoir d'être humain porté par la terre et couvert par le ciel, en se nourrissant selon le Tao, c'est-à-dire en fonction des saisons. C'est par l'apport de Ku Tchi, l'énergie alimentaire que se produira la première distillation donnant Tsong Tchi, l'énergie véritable. Dans celle-ci se trouvent diluées Iong et Oe qu'il faudra extraire par une deuxième distillation, donc un nouveau passage par la respiration qui agit comme un serpentin dans l'athanor.

La fabrication de nos énergies nourricière et défensive est à ce point identique à une distillation classique que tout acupuncteur devrait avoir, au cours de sa formation, eu à faire une distillation de plante pour en tirer une eau et une essence.

C'est par l'observation de la nature que tout est compris. Nul besoin d'être mathématicien comme le préconisaient les grecs car l'erreur des nombres est de pouvoir leur faire dire ce que nous voulons et donc de boucher nos angoisses profondes sous le couvert d'une science rationnelle. Si les chinois ont poussé la médecine alchimique aussi loin en utilisant les notes de musique, en construisant des ouvrages extraordinaires , en observant le ciel sans jamais se donner comme but d'être précis, c'est parce que cette précision n'est pas utile pour découvrir le Tao. C'est un chemin, mais ce n'est pas LE chemin. Le seul, l'unique chemin est celui de l'observation et de l'analogie.

Il ne faut pas oublier que la précision chinoise leur était connue car dans l'écoulement de la clepsydre, ils y montrent tout leur génie. Pour autant, ils ne se sont jamais acharnés à proclamer que seule les mathématiques ouvraient le chemin de la connaissance.


Regardez comment une plante pousse. Quelles sont les conditions essentielles à sa croissance. Observez comment un arbre réagit, une plante s'ouvre, une tortue bouge. Toute l'acupuncture est là, sous nos yeux.

Pour preuve?

Il est coutume de dire que les draps qui sèchent la nuit de peine lune sont plus blancs. Il s'agit là d'une réaction classique liée à la lune qui fait un air (lumière) plus humide et apporte une rosée qui contient de l'H2O2 c'est-à-dire de l'eau distillée.

Ce qui est assez remarquable car les alchimistes anciens connaissaient cela et l'obtenaient par le travail sur une pierre, la pyrite. La pyrite est une pierre qui sert d'amplificateur des ondes et a été utilisée dans les postes à galènes! Mais la pyrite est aussi très bonne pour les maladies respiratoires et est un antiseptique.

Chose incroyable, l'eau oxygénée existe naturellement dans le corps humain (peroxydase) C'est un sous-produit de la respiration cellulaire.

Le poumon (maître de la respiration) est donc la source de cette peroxydase. Les draps sont blanchis et le poumon appartient au Métal (minéraux) qui a comme couleur le blanc!

Peut-être serait-il utile de se balader quelques minutes la nuit de pleine lune vers 3h00 solaire afin de respirer cet air modifié antiseptique puissant. Qui sait?

Vous voyez alors sous vos yeux comment l'acupuncture se bâtit tout simplement en ne fermant pas son esprit à des sciences ou des dogmes mais bien en s'invitant avec humilité dans la danse silencieuse et tonitruante de la nature.



Posts récents

Voir tout