Les Varices

Mis à jour : sept. 5

Et si nous parlions un peu des varices ?

Mais d'abord c'est quoi une varice ?

C'est une dilatation de la veine qui est emplie de sang. La veine est fine et n'a pas de tissu contractile comme les artères. Elle a donc plus de difficultés à faire revenir le sang qui est alors chargé de gaz carbonique. Pour l'y aider il faut du sport, de la marche, des mouvements musculaires des membres inférieurs qui vont aider le retour veineux au cœur.

Il faut aussi de temps en temps, mettre les jambes en l'air afin de s'aider de la gravité.

Voilà pour le côté mécanique dirai-je.

Maintenant, voyons comment cela est abordé en acupuncture taoïste.

D'abord il faut comprendre qu'il n'y a pas un cœur qui bat et un système artériel et veineux. Pour les acupuncteurs, cela est un seul bloc. C'est comme différencier le tronc de l'arbre et ses racines. Cela est impossible. Le cœur est donc cet organe logé dans la poitrine et son réseau vasculaire en totalité.

Vous souffrez du cœur, vous souffrez des artères et des veines.

Vous souffrez des artères et des veines, alors cela signifie que vous souffrez du cœur.

Mais de quelle souffrance parle t-on ?

Pas de celle qui nous oblige à consulter un cardiologue.

La souffrance du cœur pour l'acupuncteur, ce sont vos émotions.

Quelles qu'elles soient car le cœur est nommé l'empereur du corps humain et normalement rien ne doit le déranger dans sa quête du bien, du beau et du vrai.

Seulement voilà, nous sommes des êtres avec des émotions et celles-ci devraient passer comme des nuages dans le ciel. Parfois, nous y arrivons et alors tout va pour le mieux et parfois, nous n'y arrivons pas et alors ces émotions vont se fixer en nous et devenir des sentiments. Ce sont eux les coupables qui vont venir déranger le cœur, de jour comme de nuit, le harcelant par des rappels incessants d'une histoire mal digérée, d'un traumatisme, d'un choc physique ou émotionnel.

Le cœur alors souffre de cet état incessant d'idées ressassées et s'alourdit dans sa dynamique pulsatile. On se renferme et de vieux griefs se mutent en rancœur.

Rancœur, rendre le cœur, comme vomir, nausées sont autant de manifestations physiques de vieilles histoires pas digérées, et surtout pas pardonnées.

Attention, entendons-nous sur ce mot pardon. Je ne suis pas croyant, je suis un taoïste convaincu.

Le pardon, l'espérance sont des mots que je n'emploie surtout pas dans le sens catholique, chrétien du terme. Non, pardonner donner une part de soi.

Sacrifier une part de quelque chose qui nous appartient afin de se libérer de cette émotion qui perdure dans le temps. Ainsi, il est plus profitable de lâcher ce qui nous fait souffrir (c'est donc ma part donnée) plutôt que de s'y accrocher au prix de la maladie qui ne pourra que s'ensuivre.

je vois cela depuis des années en cabinet et il faut aussi des années à certains patients pour enfin lâcher cette illusion tenace que nous devons nous battre pour obtenir un gain, une plus-value ou que sais-je. La liberté n'a pas de prix dit l'adage populaire. C'est un fait avéré et confirmé.

Alors, en lâchant ce qui nous obsède nous allégeons notre cœur et son réseau périphérique qui ne peut que s'en trouver mieux.

La langue des oiseaux peut aussi nous venir en aide. Et de grâce, arrêtez de dire que cela ne fonctionne qu'en français. Cela se fait dans toutes les langues du monde entier mais certes avec des conclusions différentes.

Donc la varice s'entend naturellement et facilement par l'avarice, c'est à dire être avare. Et il y a un petit quelque chose qui doit nous interpeller. Etre avare, nous vient du latin avere qui signifie "désirer vivement". Et nous voyons bien le nœud du problème car dans la pensée chinoise, le cœur en paix est un cœur qui ne succombe pas aux désirs. Le chapitre 1 du Su Wen nous l'assène ainsi: Nous devons vivre sans avoir à faire de travaux fatigants et inutiles et sans que nous nous laissions aller à nos désirs et nos plaisirs.

Je crois que tout est dit.

Ainsi les varices nous viennent soit d'un désir compulsif de garder et d'amasser de l'argent ou des biens, ce qui peut s'expliquer pour des multiples raisons qui font que le corps l'exprime au travers d'une stase de sang à des endroits près de la terre (nos membres inférieurs) soit le désir nous dirige et nous sommes prisonniers de celui-ci. Nous devenons envieux, c'est à dire en vieux ( vêtu de la peau des vieux). Il nous faut alors repenser notre façon de vivre nos désirs et ne pas confondre un idéal à un but à atteindre et l'insatisfaction inhérente à l'homme.

En effet, c'est Schopenhauer qui a eu la plus belle image de la vie de l'homme qui se laisse submerger par ses folles pensées : LA VIE OSCILLE, COMME UN PENDULE, DU DÉSIR A L'ENNUI (Schopenhauer).

Selon ce penseur allemand, la souffrance est le fond de l’existence humaine: Cette souffrance d'exister provient du fait que l'homme, cette machine à désirer, est sans cesse déçu de ses satisfactions. Dés qu'un désir est satisfait, il vient d'autres désirs, qu'il faudra bien accomplir. C'est la volonté de vivre , l'instinct autrement dit, qui nous fait désirer. Mais dés que l'on tue en nous le désir, c'est l'ennui qui pointe, le vide du cœur. Ainsi l'homme est déchiré entre cette double menace, ce qui constitue une source certaine de son malheur.

Ainsi, si je désire une chose, je souffre de ne pas l'avoir et si je l'ai, je m'ennuie.

Cette alternance de désir et d'ennui mène droit à la souffrance du cœur et donc à toutes les pathologies qui pourraient en découler, entre autres les varices.

Parfois, nous nous faisons retirer la saphène de l'arabe SAFIN qui signifie visible. Peut-être avons nous peur de nous retrouver avec ce serpent bleu violet qui longe notre jambe et qui nous tente encore et encore avec sa pomme du désir dont nous ne pouvons refuser l'augure.

En acupuncture, nous devons alors faciliter le retour veineux par des exercices et bien évidemment en travaillant sur les méridiens qui permettent ce retour et on se rend bien compte que cette saphène se trouve sur des méridiens comme le foie ( qui peut engendrer la colère) ou la rate (l'anxiété) mais nous chercherons à comprendre la souffrance liée à un illusoire désir.

Enfin pour être complet, il se peut que le retour veineux soit tout simplement bloqué au niveau du passage du bassin et particulièrement aux plis de l'aine. Entendez le comme bon vous semble, mais le pli de l'aine c'est aussi une lettre, un pli qui est emmuré dans votre cœur et est certainement destiné à une ou des personnes envers lesquelles aujourd'hui vous n'avez que haine. Et nous retrouvons alors cette notion mise en avant au début de cette présentation, celle du pardon énergétique ou ésotérique.


Pour conclure, le cœur est comme la graine de l'arbre et le système artériel et veineux est comme le tronc, les branches, les ramures de celui-ci. Et cet arbre ne peut se guérir que s'il trouve le bon terreau, le bon ensoleillement, le bon emplacement afin de vivre sans désir si ce n'est d'être heureux de vivre pour soi et pour le reste de l'humanité entière.

Celui qui amasse, c'est à dire qui cumule, finira par créer ce que le mot lui-même sous tend: amasse signifie a masse c'est à dire avoir une masse donc un poids, une stagnation qui se manifestera au mieux par des varices.

Notre existence sur terre est de s'alléger, le cœur léger, de s'émerveiller de cette nature qui nous entoure. Nous devons je le rappelle en conclusion, ne pas faire de travaux fatigants et inutiles. C'est notre choix, notre devoir, notre propre cheminement qui nous appartient, chemin difficile certes mais chemin de la liberté trop souvent oublié ou mis au second rang après l'appât du gain et notre fragilité devant nos désirs.

Extrait de l'émission " le point qui pique " : Comprendre l'homme et la nature au travers de la pensée taoïste et des lois de l'acupuncture traditionnelle.

Tous les vendredis à 11H sur Radio Médecine douce.

Vous désirez écouter les différents podcasts de cette émission : CLIQUEZ ICI

La fatigue : nouveau thème abordé le 18/09/2020 sur Radio Médecine douce

Prochaine formation: 2 jours et demi entièrement consacrés à la prise de pouls





©2019 by Jean MOTTE. Proudly created with Wix.com