PARIS EST TÔT, LES TEMPS ORAUX...

Bonjour les pariétaux! os double, le pariétal est comme une énorme paroi. Et d’ailleurs, cela se retrouve dans son nom puisque pariétal nous vient du latin paries, paroi, mur. Comme quoi il suffit d’observer pour nommer.

La zone pariétale correspond, au niveau de l’activité du cerveau, à la fonction de la parole. Les pariétaux, quant à eux, font office de protection, de parois solides et épaisses. Et derrière ceux-ci, la parole. L’activité la plus incroyable de la vie. Parler demande une ingéniosité de la vie pour nous en avoir attribué les outils nécessaires. Mais utilisons-nous bien cette parole? Celle-ci est souvent cachée derrière des remparts, nos murs montés par nous-mêmes comme des moyens de défenses mais qui nous emprisonnent. La parole du latin parabola nous fait entrevoir dans quel piège la société nous a conduits. La parabole est cet objet extraterrestre qui s’est invité sur tous les toits et les balcons afin de capter des ondes qui deviennent des images. ON a transformé la parole en image. ON s’est retranché derrière nos murs pariétaux, avachi dans une torpeur abêtissante, écoutant ou plutôt regardant des émissions plus stériles les unes que les autres. Nous avons perdu la vraie parole, celle qui nous vient aussi du latin, le Verbum. Le verbe, et particulièrement le verbe être qui s’est effacé afin de laisser place à Avoir (à voir). Le Verbe, le vrai mot, celui qui nous individualise afin de nous rendre plus apte à aller vers l’autre, à casser les murs qui s’érigent un peu partout atrophiant de plus en plus notre faculté à communiquer.

Mais baste! Le pariétal n’est pas que barrière. Il est aussi notre force. La forme de cet os indique ainsi notre capacité à l’oralité. De grands pariétaux et nous voilà de grands rhéteurs.

Cet art de la lecture de la forme des os du crâne, se nomme la phrénologie. Celle-ci fut très à la mode il y a quelques centaines d’années mais elle fut laissée de côté car certaines personnes, mal intentionnées, s’en servaient afin de justifier la notion de race supérieure et inférieure.

Comment se fait-il que les êtres humains n’aient toujours pas compris cette maxime gravée dans nos coeurs: plus je diminue l’autre, plus je m’avilis.

Il est intéressant de s’arrêter sur le terme phrénologie qui vient du grec phren, le cerveau. En effet il existe un nerf au joli nom de nerf phrénique. Ce nerf est celui qui vient de la base du cerveau et s’enracine dans le …. diaphragme. Rappelons que ce muscle sépare les poumons et le coeur des autres organes. Il est un muscle qui aide à la respiration. Ainsi le cerveau et le diaphragme ont une accointance via l’homophonie grecque. Et ce n’est pas rien. Mal respirer et le cerveau n’est plus irriguer. Mal respirer et il n’y a plus d’inspiration et donc de création.


Enfin, et pour en finir avec le pariétal, la langue des oiseaux vient nous éclairer d’un autre point de vue. PARIETAL nous renvoie à PART Y ETALE. Lorsque nous parlons, c’est de nous-même que nous tentons de parler. Le sujet du discours n’est jamais le thème. Lorsque nous parlons en réunion, nous ne parlons que de nous mêmes! Ecoutez les débats… Ce n’est pas le contenu qui compte mais bien la personne qui s’exprime. Lorsqu’elle parle, elle dit des mots qui sont des suites de mots sans consistance. Mais ces phrases sont entrecoupées de mots importants comme : MOI ou encore JE, ne crois pas ou pense pas. Bref, ce qui compte dans un échange de parole c’est de montrer qui JE suis. J’étale donc une part de moi-même. Mais ce moi, n’est pas le moi profond mais bien celui que je tente de montrer car je suis dans une représentation. C’est pourquoi le silence est d’or et que nos pariétaux jouxtent les temporaux.

Je conclurai sur ce fameux proverbe de Tchouang Tse: « Celui qui parle ne sait pas. Celui qui sait, ne parle pas. »

A bientôt…


202 vues

©2019 by Jean MOTTE. Proudly created with Wix.com