• jihem94

REFLEXIONS

Ce matin je me suis levé en me demandant quel était le sens de la vie? Mais y a t'il un sens? Mes pérégrinations matinales abradantes et néanmoins cérébrales se tortillaient dans les méandres de mon cerveau jusqu'à ce qu'une question émerge: Quid de nos croyances?

Imaginez un instant, sorte de jeu de l'esprit, que vous enleviez toutes vos croyances et ne gardiez que ce qui est certain. Je ne veux surtout pas arriver à la pensée cartésienne de Descartes qui m'exaspère. Non, nous sommes là assis confortablement et nous enlevons, nous nous dépouillons de chaque croyance. Commençons par la plus évidente:

Il y a une vie après la mort, un royaume ou que sais-je. Là c'est de la pure invention. Nous sommes dans une vraie croyance qui existe depuis que les hommes se sont demandés pourquoi on mourrait. Il faut toujours trouver une explication. Cause donc effet. Et la pensée vis a tergo est identique, effet DONC cause.

Si nous enlevons cette énorme croyance nous pouvons affirmer que nous sommes ici, vivant et qu'un jour on mourra mais on n'en sait pas plus.


Pourquoi, sommes-nous là, qui sommes-nous, d'où venons-nous? Et bien on en sait vraiment rien mais cela a permis la création d'un métier celui de philosophe. Répondre à des questions qui n'auront jamais de réponse, voilà la définition de la philosophie. Alors c'est beau magique parfois complexe mais la réalité brute, c'est que cela ne sert à rien.


Nous parlons d'ego, qu'il faut le casser, le maitriser, le tuer ou le dompter. Mais enlevons aussi cette croyance car l'ego on ne sait pas ce que c'est mais cela a permis l'émergence d'une science nommée la psychologie qui parle de l'ego, du ça du moi, du surmoi. Des mots plus des mots qui tentent d'élucider pourquoi nous pensons, sommes déséquilibrés, malades et tueurs. Mais ce ne sont rien d'autres que des mots. La vérité nue et crue, c'est que l'homme peut être simplement timbré, fou violent et tueur.


Les amis heureusement sont là. Mais là encore c'est une croyance. L'ami est là un temps puis disparait. Il est là parce qu'il y a un profit intrinsèque, un désir de quelque chose qui, s'il n'est pas consenti ou accepté fera que l'ami ne l'est plus. Nous sommes comme des bateaux à la dérive qui parfois s'attachent à un port puis repartent à la dérive. Il n'y a pas de malaise ou de tristesse en disant cela, il y a un constat.


L'argent est le seul moteur de nos sociétés actuelles. Vive les riches à bas les pauvres. Mais cette cagnotte mise de côté ne sera pas dans la tombe. Oh certes elle sera transmise jusqu'aux prochaines guerres ou cataclysmes. Tout est éphémère.


Résumons ce que nous savons: Nous sommes là, dans le présent, et nous pensons. Et bien évidemment cette pensée nous amène à croire qu'il y a une raison à être là. Mais c'est une croyance car personne ne le sait. Bouddha n'est que Bouddha. La seule vérité c'est que nous sommes de plus en plus nombreux. Cela est-il programmé? A quoi cela sert-il et qui cela sert-il? Encore des pensées qui s'agitent sur des croyances. L'esprit, l'âme ne sont que des mots.

Je suis et autour de moi il y a la nature et les autres créatures. Et cela est dangereux, obligatoirement car des millions d'années ont façonné ma pensée. Le danger règne partout.

L'un de nous s'est levé un jour et a dit "aimons-nous les uns les autres". Encore des croyances autour d'un ou des personnages mythiques et mystiques. L'amour est une croyance, un ressenti qui n'est pas autre chose qu'un instinct de survie mis en place. Car il est plus facile de vivre à deux ou plus et pour cela il vaut mieux bien s'entendre. Alors on "invente" le mot amour.

Que reste-t'il? Il reste que cela n'a pas de sens. Il reste un manque profondément ancré que nous n'avons pas toutes les cartes. Il reste une croyance impossible à enlever qu'il y a quelque chose qui nous échappe. Et c'est ce mystère de nos vies qui fait que la vie est vie et mérite d'être parcourue. Mais ce n'est pas dans les croyances issues des hommes que nous avancerons sur ce chemin. C'est en se libérant de ce bourbier que nous trouverons la lumière.




142 vues1 commentaire

©2019 by Jean MOTTE. Proudly created with Wix.com