LE POULS NE DOIT JAMAIS DOMINER LE TEINT.

5ème postulat de notre série : Le pouls ne doit jamais, au grand jamais dominer le teint. Souviens-t 'en à vie…

Voilà bien un postulat de départ qui met l'eau à la bouche.

Qui, de nos jours, comprend, fait attention ou enseigne cette loi?

Elle est un incontournable et représente le lien entre l'observation et la palpation. Le patient entre dans votre choient et déjà vous devez avoir enregistré son teint.

Bien sûr, celui-ci doit être suffisamment marqué et donc en relation avec la maladie.

Cette dernière légère et aiguë donne une couleur franche et éclatante signe de Shen.

Une maladie chronique va se manifester sur la face, donc le roi, l'Empereur, par une couleur terne.

Les chinois poètes, disent que la couleur est couverte par un tulle blanchâtre.

C'est votre devoir de thérapeute d'observer cette couleur. Elle peut donc se manifester par un teint vert, rouge, jaune, blanc ou noir.

Si vous êtes un minimum observateur et surtout que vous ayez eu l'opportunité de lire des classiques, cela ne vous aura pas échappé que nous avons deux grands moments dans une année où notre visage change de couleur!

L'équinoxe de printemps et celui d'automne.

Au printemps nous acquérons la couleur rouge sang qui monte (comme la sève de l'arbre qui s'écoule vers le haut) nous ramenant une coloration rosée.

Puis en automne, cette couleur s'efface de notre visage nous laissant un teint jaunâtre. Observez cela, c'est incroyable et surtout très instructif sur les mouvements du sang pendant six mois vers le haut puis six mois vers le bas.

Cette temporalité d'un semestre n'est pas anodine. Les Kan Tche (Gan, Zhi) où la Chronopuncture, nous permet de comprendre les lois qui ont été ciselées dans le jade comme le souhaitait l'empereur Huang Ti afin que la postérité ne l'oublie pas. Malheureusement, quelques lacunes existent sur certains points.

Nous savons qu'il existe un maître de l'année qui dirige donc pendant les six premiers mois le climat, puis une énergie dite "à la source" prend la relève et répond au Ciel pendant les six mois suivants. Nous savons aussi que chaque année est sous la dominante d'un mouvement qui conditionne le climat global avec différentes modulations en fonction du rapport qu'il a avec l'énergie maître.

Le Su Wen, livre fondamental et de référence, continue en expliquant ceci: le maître de l'année donne le climat, l'énergie "à la source" donne la saveur, le mouvement donne la couleur!

Je suis sûr que vous avez compris! Le maître de l'année donne la forme du pouls général puisqu'il impose un climat donc active un méridien principal pour s'adapter au dit climat.

Et le mouvement donne la couleur et s'exprime, fleurit au tient. Et comme je l'ai écrit, il y a une vraie proximité entre le maître de l'année et le mouvement. Ce qu'il faut retenir, c'est que dans le corps humain le mouvement s'exprime à la face et les climats aux pouls.

La règle est tout simplement unique: le pouls ne domine pas le teint.

Alors imaginons un patient qui entre dans votre cabinet avec un teint rouge (élément Feu). Si le pouls est profond et lent comme le serait le pouls de l'Eau, cela signifie que le cycle Ko s'est mis en place et que le pouls domine le teint. Dans ce cas c'est un signe de gravité du point de vue de la régulation énergétique.

Imaginez une pathologie du Tsou Chao Yin ou encore de la vésicule biliaire ou de l'estomac qui donne le teint noirâtre (couleur de l'élément Eau). Si votre patient a les pouls glissants (pouls de la terre), alors c'est un signe de gravité ou d'aggravations de la pathologie. C'est pourquoi il est essentiel et indispensable de prendre les pouls et surtout de les connaître. Parler d'acupuncture sans enseigner ni utiliser les pouls est pour le moins dangereux (c'est plus qu'un doux euphémisme).

Voyez ce patient qui consulte. Il fait une hépatite A. Le tient est jaune ce qui signifie que la problématique n'est pas au foie mais à la rate pancréas. Vous travaillez en acupuncture et votre patient se sent mieux. Il revient vous voir, le teint encore plus jaune que la première fois. Si le pouls est tendu, vous êtes sûre que la situation est aggravée. Cela peut nous arriver et ce qui compte, c'est de pouvoir redresser rapidement le déséquilibre énergétique. Mais si vous n'avez pas pris les pouls ou ne les connaissiez pas, alors vous continuez "crânement" votre traitement qui lèse un peu plus l'énergie vitale du patient.

Pour ceux qui auraient des doutes sur la coloration jaune attachée à la rate et non au foie il faut avoir vu une fois l'évolution d'un foie malade. Celui-ci se décharge au début, en Ko sur la rate qui donne alors la couleur Jaune. Si nous laissons évoluer la maladie, le teint va passer à la couleur orangée (on arrive sur le Feu en cycle Tcheng inversé, signe de gravité). Puis enfin sur la couleur verte marron qui est la fin de vie du patient car quand la couleur rencontre son organe, c'est la perte du Tsing et donc la mort.

Voilà pourquoi la règle absolue que le pouls ne doit jamais dominer le teint est si importante. J'espère qu'elle vous éveillera à cette extrême vigilance qu'un thérapeute doit avoir envers ses patients. Comme le dit le Yi King, vous devez marcher comme le renard prudent qui avance sur un lac gelé.

Jean




Voici 3 affirmations, à vous de jouer : vrai ou faux ( extrait de la préparation à la formation: ensemble, on reprend contact avec les pouls en Normandie )

  1. Votre patient entre dans votre cabinet, il est blanc comme un linge, son pouls est vaste. Ouf ! c'est rassurant …

  2. Votre patient rentre, il est tout verdâtre🤢 , son pouls est glissant. Le pronostic est bon.

  3. Votre patient arrive, son teint est noirâtre, son pouls est glissant… Chouette le pronostic est bon


Voici le deuxième article de préparation ainsi (et ses réponses) envoyé aux élèves participants à la formation: Ensemble, on reprend contact avec les pouls


Mail 2 questions
.pdf
Download PDF • 108KB