Tu ne feras jamais de suppression de symptômes


Et bien voilà le numéro 2 !!!

Ming Tang et 15 règles à respecter en acupuncture traditionnelle

Je vous rappelle 15 postulats essentiels à la pratique du grand art ( il est toujours de bon ton de se les remémorer 😉 pour une bonne pratique de l'acupuncture traditionnelle). 15 est un nombre intéressant car il est le triangulaire de 5, c'est-à-dire 5+4+3+2+1 = 15. Dans le 15 est contenu le 5 ( éléments ) mais aussi les trois mondes (ciel/homme/terre). 15 c'est aussi les 8 vents et les 7 étoiles de la Grande Ourse. Il y a 15 voies Luo marquant les 15 jours de la lune croissante ou décroissante. Enfin 15, c'est un BU ou 3 HOU, clé de toute la chrono-puncture. C'est pourquoi le MING T'ANG est le symbole le plus important du grand art. 1) Tu ne feras jamais de montée sans descente, ni de descente sans montée. (pour le revoir) 2) Tu ne feras jamais de suppression de symptômes.

Quoi de mieux qu'une image pour bien comprendre; Voici une poutrelle posée sur deux points fixes et en son centre, une presse hydraulique qui descend doucement afin d'enregistrer ce qui se passe au cours de cette expérience. Ici nous en sommes à la première éclisse, une fibre de bois qui se rompt d'un seul coup.

La poutrelle, vous l'aurez compris, c'est nous-même. Nous devons, comme l'écrivent de très beaux textes, plier mais ne pas rompre devant une problématique représentée par la presse hydraulique. Il faut comprendre que si nous sommes "sous pression", nous laisserons obligatoirement, un moment donné ou un autre, apparaître un ou des symptômes. L'éclisse représente le point de fragilité originel qui apparaît dans notre corps. Car, vous l'avez sans doute remarqué, nous avons un point faible, un endroit qui est souvent, trop souvent soumis aux aléas de notre vie. Par exemple, une personne sera sensible au niveau du ventre, cette autre au niveau de la tête, cette autre encore au niveau de ses poumons, etc. Il est utile, voire fondamental de comprendre votre point de fragilité, qui est TOUJOURS PHYSIQUE.

Remarquez encore, que cette fibre de bois qui éclate, se déchire, est superficielle. Elle est sur la partie externe de la poutrelle et non dans la "chair" de celle-ci. Très important de le noter pur la suite.

Il est évident, avec l'image, qu'il est inutile et même dangereux de faire une suppression de symptômes, en colmatant, en collant, en coupant, en fixant, en vissant l'éclisse au reste de la poutrelle. Vous avez mal à la tête, allez, hop, un remède pour ne plus avoir de douleur.

Vous avez une pathologie urogénitale par stase de sang froid? Allez, une tisane de plantes chaudes et dispersantes et tout entre dans l'ordre.

Vous avez une entorse? et bien quelques aiguilles bien placées et l'entorse on en parle plus.

Certes le patient est content, car il ne souffre plus mais le thérapeute lui, doit se retourner dans ses livres d'études car en faisant une suppression, il permet au tigre (la maladie) de continuer à pénétrer plus en avant dans le corps humain.




La phase suivante est une ensemble de fibres qui continuent à se déchirer mais en allant de la superficie vers la profondeur!

L'ensemble de tous ces petits symptômes fait un syndrome et le médecin y posera un diagnostic et le nom d'une maladie. Nous sommes là devant un cas que nous rencontrons souvent en cabinet. Un patient qui a eu de l'eczéma par exemple qui a été traité et qui fait ensuite de l'asthme de 7 ans jusqu'à 30 ans. Et là, comme par hasard, l'asthme est terminé. Le patient est content mais apparaît différents symptômes qui semblent indépendants. Il parle en dormant, a des insomnies qui l'obligent à se lever la nuit, une douleur épaule à la rotation du cou, se sent de plus en plus préoccupé et s'attend à une catastrophe.

Notez ici l'apparition de symptômes psychiques qui sont le signes d'une réelle aggravation d'un état de santé. Vous voyez comme le cas est embrouillé car nous y trouvons des déséquilibres du gros intestin, du cœur et des reins. C'est notre lot quotidien et afin de bien gérer ce cas, vous ne devez jamais oublier "pas de suppression" et revenir à l'origine du déséquilibre, c'est-à-dire son point faible, la première éclisse, qui est la peau (eczéma).

Tout à toujours un commencement, et celui-ci est lié à la presse hydraulique! Elle représente, je l'ai dit, les problématiques mais si nous devons affiner selon les textes traditionnels et particulièrement le Huai Nan Tse, tout procède d'une émotion.

Voilà donc par où commence le travail de l'acupuncteur, la recherche de cette émotion causale représentée par la presse qui porte bien son nom car elle nous presse dans le sens de poids pression mais aussi dans le sens d'urgence d'une réponse.

Cela aussi est une clé essentielle à notre façon de gérer un problème émotionnel. Il faut y répondre vite et s'en libérer au risque qu'il continue son œuvre de sape physique et psychique.

Ainsi, il est fondamental de bien structurer sa pensée afin de faire un vrai travail d'équilibration énergétique, libérant la force vitale de nos patients. Ce qui nous fait passer d'une technique à un art, c'est la connaissance de règles fondamentales auxquelles nous ne devons jamais déroger. C'est pourquoi je finirai par cet adage: la technique est facile, l'art est difficile.


Une formation pour compléter vos connaissances

Début juin: la régulations des glandes endocrines par un travail acupunctural. Tout un art 😉

Plus d'infos ici

487 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout