Une société malade

L'acupuncture Taoïste m'émerveille chaque jour un peu plus. Aujourd'hui je voudrais vous présenter le chapitre 30 du Su Wen, bien entendu simplifié dans le but de mieux comprendre.

Il y a des règles, lorsqu'on entre dans des livres si complexes. La première, est de compter le nombre de questions que l'empereur Huang Di pose:

1) lorsque la maladie se localise au niveau du Yang Ming estomac, on craint l'homme et le feu, tous les sons ayant pour origine le bois mettent dans un état effrayant, mais les sons de cloches et de tambours ne font rien.

2) Pourquoi craint-on le feu?

3) Pourquoi craint-on l'homme?

4) Devant une respiration haletante, tantôt on guérit, tantôt on meurt. Pourquoi?

5) Lorsqu'on est atteint d'une maladie grave du Yang Ming, tantôt on se déshabille et on se promène en public, tantôt on monte sur les toits, on chante à tue-tête, tantôt on ne mange pas pendant plusieurs jours, tantôt enfin on saute sur les murs et les maisons. Pourquoi?

6) Quelle est la raison pour laquelle le malade jette ses vêtements pour se promener en public?

7) quelquefois on voit des malades qui parlent sans discernement devant leurs parents ou des inconnus ou qu'ils insultent leur entourage. Pourquoi?


Le ministre grand astronome Qi Bo va répondre patiemment à son empereur. Ici nous n'allons pas expliquer les réponses mais bien reprendre les questions afin de percevoir qu'il s'agit en fait exactement du comportement sociétal actuel.

Avant d'aborder les questions, il faut expliquer ce qu'est le Yang Ming. Il s'agit du méridien de l'estomac et donc de ces déséquilibres possibles qui se traduisent soit par le vide, soit par la plénitude, soit dans le sens du courant du méridien (c'est-à-dire de haut en bas) soit en contre-courant (de bas en haut).

L'estomac organe (WEI en chinois) se nomme le grenier des céréales. Ce grenier doit être sec et il ne doit pas y avoir une trace d'humidité au risque que toute la récolte pourrisse. L'alimentation doit donc être facilement digestible et fournir les oligoéléments indispensables à toute la forteresse humaine. Mais vous le savez comme moi, la mal bouffe est entrée, il y a déjà de nombreuses années en France via les mac do, quick, selfs de poulet élevés en batterie, sodas bourrés de sucre, légumes sans vitamines, textures de toute l'alimentation qui ressemble plus à un chewing-gum que toute autre chose connue. Cette mal bouffe qui dure depuis plusieurs années commence à impacter les comportements des êtres humains et particulièrement les jeunes plus à même d'aller s'étaler mollement dans ces mouroirs digestifs. Le constat est sans appel: la violence des jeunes, la racaille est là, prête à en découdre sans limite, agressive, explosive, stupide. Parallèlement on voit apparaitre dans les années 90 un mouvement très particulier, et surtout extrêmement incroyable, les YAMAKASI. Je vous invite à lire leur doctrine. En résumé, la révolte gronde dans la ville et on souhaite se coltiner à elle en la parcourant en la maitrisant.

Nous avons donc tous les outils qui nous permettent de revenir à ce texte qui date de plus de deux mille cinq cents ans et qui exprime bien ce que nous constatons aujourd'hui.

Reprenons alors

1) on craint l'homme et le feu.

Nous le voyons bien, nous sommes dans la défiance. Il n'y plus de respect. La crainte est réelle et comme menaçante et pour se faire, seule réponse du pauvre d'esprit à l'estomac dérangé, la violence. Celle-ci se manifeste par le feu entre autres. On le craint donc on l'exorcise en criant tout ce qui peut se cramer. Casser, déchirer, brûler, c'est exactement le système digestif qui est en trop plein.

Ce qui est extrêmement intéressant c'est que dans ce cas il y a une peur des sons de bois mais pas métallique ou de tambour. Vous savez ce que cela signifie? Et bien que si les CRS connaissaient cela, plutôt que d'avancer en tapant sur leur bouclier, ils devraient taper avec des morceaux de bois l'un contre l'autre par exemple deux tonfas frappés l'un contre autre. Cela effraierait bien plus les casseurs que le bruit de tambour des boucliers.


2) Pourquoi craint-on le feu? Parce que le Yang Ming appartient au Métal. Le Yang Ming digestif ne supporte pas le feu sous quelque forme que cela soit. (Le feu fond le métal).

Le feu émotionnel et voilà que l'on ne mange pas ou bien son contraire on devient boulimique.

Le feu biliaire qui brûle en se mélangeant à l'acide de l'estomac. Mais si ce feu est par malheur en train de monter au lieu de descendre, alors cela brûle l'œsophage et la bouche.

Le feu des intestins qui doit continuer la longue dégradation des aliments en purifiant par le feu car le tube digestif est un athanor. Et si par malheur les aliments ne sont pas parfaitement dégradés, alors commence une putréfaction qui irritera les muqueuses intestinales et nous rendra aussi irritable que nos intestins! Celui qui vit dans la colère ne voit plus que la colère. Celui qui vit dans son corps que l'irritation, ne conçoit pas autrement son univers que dans l'irritation. Le feu qui brûle en soi devient le feu qui brûle en dehors de soi.


3) Pourquoi craint-on l'homme? Parce que le Yang Ming tranche. Il se débarrasse des autres comme il se débarrasse de ses selles. Il n'y a plus de contact possible avec son humanisme. L'homme devient alors un danger car il parle, communique et peut aimer. Devant cela, un Yang Ming malade le rejettera avec force.


4) Devant une respiration haletante, tantôt on guérit, tantôt on meurt. Pourquoi? Il faut, pour répondre à cette question connaitre un peu l'anatomie. La respiration active le diaphragme et celui-ci a un impact certains sur l'estomac au point de créer des pathologies comme les hernies hiatales. Une respiration haletante peut créer une pression sur le cœur via l'estomac qui pousse sur l'apex du cœur. Si l'estomac est très enflé et surtout en contre-courant alors l'issue peut être incertaine. Dans notre société, la respiration est devenue totalement haletante. On respire par à coups car les respirations profondes dans un environnement pollué sont catastrophiques. Mais ne pas bien respirer, c'est aussi s'asphyxier et donc ne pas porter suffisamment d'oxygène au cerveau qui ne peut plus connecter rapidement. Les estomacs sont saturés de bouffe, le cœur est sous pression physique, le foyer supérieur est plein et il n'a qu'une seule envie, c'est de crier à tue-tête pour vider ce trop plein.


5) 6) Lorsqu'on est atteint d'une maladie grave du Yang Ming, tantôt on se déshabille et on se promène en public, tantôt on monte sur les toits, on chante à tue-tête, tantôt on ne mange pas pendant plusieurs jours, tantôt enfin on saute sur les murs et les maisons. Pourquoi?

Le feu de l'estomac fait que le corps se consume de l'intérieur et il y a un besoin de se dévêtir. Mais cela se double de la folie de se promener nu lié au fait que le Yang Ming est lié au cerveau. Ainsi en va-t-il de la vulgarité. Elle est la conséquence de ce feu du Yang Ming lié encore une fois à une alimentation trop riche et sans saveur juste.

Le Yang Ming est sensible au Chao Yin cœur Feu. Pour rester simple, plus vous êtes Chao Yin moins le Yang Ming travaille et bien évidemment l'inverse est vrai aussi. Ainsi amoureux ne mange pas, alors que le triste se remplit. Les jeunes d'aujourd'hui oscillent entre l'obésité et la maigreur résultat de cet épouvantable destruction de leur Yang Ming. Pour ce qui est de grimper sur les murs et les maisons, c'est exactement le mouvement mis en place n 1990 , les Yamakasi.


7) quelquefois on voit des malades qui parlent sans discernement devant leurs parents ou des inconnus ou qu'ils insultent leur entourage. Pourquoi? Le discernement est lié au Bois et le Métal Yang Ming fend le bois. C'est ainsi que des jeunes n'ont plus la capacité à se rendre compte de leur manque de respect, de courtoisie et le sens du devoir en amont du droit.


Voilà pourquoi notre société est malade. Une société se définit par sa jeunesse. Elle doit être créative, inventive, lumineuse révolutionnaire mais pas destructrice, violente, sans lendemain, pauvre d'esprit. Et tout cela ne se comprend que dans le sens du chapitre 30 du Su Wen: le Yang Ming Métal. Notez que le Yang Ming est la transformation de la matière aliment en selles tout en y puisant ce qui nourrit la cellule. Mais avez-vous compris aussi que le Yang Ming c'est le Yang lumineux, la lumière ? Cette lumière qui est celle de l'esprit que nous perdons à chaque fois que nous ne mangeons plus dignement et avec empathie tout ce qui compose la nature pour nous faire devenir des penseurs éclairés et non des dealers de ténèbres.







Posts récents

Voir tout

©2019 by Jean MOTTE. Proudly created with Wix.com